Everything happens for a reason (et pour les non polyglottes ou les absents du cours d'anglais : "Rien n'arrive par hasard") :

* mon passage pas si furtif (4 ans et toutes mes dents, sans jamais qu'elles rayent le parquet) en agences de pub à Paris (DDB, Marcel, Publicis) qui m'a poussée dans le monde des grands, m'a fait pousser les crocs qu'il fallait pour affronter la jungle qui m'attendait ensuite en tant que freelance. 

* ma carrière de "free" lance. Car à défaut de savoir lancer le javelot plus loin que mes pieds, j'avais bien en tête (et le pied sans boulet) de rester free. En tant que graphiste, auteur, illustratrice. Et puis s'il le faut, exploratrice, voyageuse, réalisatrice, admiratrice et puis tout ça.

* le fait que j'ai eu un chien à 12 ans et qu'il a tenu 17 années avant de s'en aller vaquer à une vie de gecko en Corse du Sud.

* l'envie d'écrire après avoir lu la bibliothèque de mon père, suivi les volutes de son écriture, à corriger mes premiers essais de rédactions et à pondre des missives aux femmes de la planète qui avaient succombé au charme vaudou de ses écrits (et de son sourire charmeur aussi).

* le monsieur au volant du camion qui a tenté de mettre fin à mes jours en me ratatinant les côtelettes, alors que je parachevais un premier roman qui s'avérera ésotérique et mort-né - après l'accident mis aux oubliettes. Heureusement (et sans hasardeuse explication), depuis ce jour, je ne me suis jamais sentie aussi vivante. 

* le besoin de m'exprimer sur tout ce qu'il y a de plus futile pour redorer les âmes dont le sourire a échoué entre un divorce et une armée de gens bien décidée à rentrer dans le drame de la vie. Elles (ma série), les Blabla Queens (mon livre), Vivante (mon blog), autant de supports d'écriture qui m'invitent à étaler la mauvaise foi, le cynisme, l'autodérision que j'affectionne tant, et qui s'animent comme un redoutable psychotrope, remède infaillible contre la morosité ambiante! (l'équivalent de 4 lexos avalés d'un trait, sans vergogne).

* enseigner à quelques étudiants non disciplinés le storytelling et le goût de LA chose, la mode, à l'international, s'il vous plaît mesdames.

* A la merveille, les rencontres dotées de magie, de douceur et de légèreté, au gré de mes traversées de forêt, de méditation face à la mer, de mes escapades nocturnes à rechercher la lune rousse qui monte, haut dans le ciel et qui se réverbère sur un horizon calme, de mer ou de terre.